«

En-Marche.fr

‹ TOUTES LES ACTUALITÉS

10/07 - Réponses aux interrogations les plus fréquemment reçues.

Il y a une semaine, le Premier Ministre Édouard Philippe prononçait son discours de politique générale devant l'Assemblée Nationale.Il a notamment affiché la méthodologie du gouvernement ainsi que le calendrier pour mener son action. Suite à ce discours, j'ai reçu beaucoup d'interrogations. - Concernant la Taxe d'habitation : C'est une promesse majeure d'Emmanuel Macron : elle sera tenue.En effet, le Président de la République a tranché ce dimanche 9 Juillet 2017.A partir de 2018, la taxe sera allégée en trois paliers. D’ici 2020, 4 Français sur 5 (80%) ne paieront plus la taxe d’habitation sur leur résidence principale.Pour qui ? A raison d'un revenu fiscal net inférieur à 20.000 euros par part dans le foyer, vous en serez exonéré. Il s'agit ici de mettre fin à un impôt injuste.Cette suppression de la taxe d'habitation, ressource pour les collectivités locales, inquiète cependant ces dernières.La taxe d'habitation relève de l'autonomie fiscale des collectivités, protégée de façon constitutionnelle; cela implique que l'Etat s'engage à rembourser à l'euro près le coût de cette suppression.Une Conférence nationale des territoires doit par ailleurs avoir lieu le 17 juillet au Sénat afin d'échanger avec les élus locaux sur les modalités d'application de cette mesure. - Concernant l'état des finances publiques et la fiscalité : La Cour des comptes a récemment pointé un "trou" de 8 milliards d'euros dans le dernier budget.Le Ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, l'a rappelé : "A chaque élection présidentielle, la nouvelle majorité fait le coup de l'héritage et augmente les impôts pendant l'été. Ça n'est pas notre méthode; nous constatons ce manquement et nous allons faire des économies. Nous n'augmenterons pas les impôts."Méthode par ailleurs rappelée par le Premier Ministre lors de la convention du mouvement "La République En Marche !" le 8 Juillet, annonçant concomitamment une baisse des prélèvements obligatoires "d'environ 7 milliards d'euros" en 2018, soit une baisse d'impôts, taxes... Face à ce constat de la Cour des comptes, nous avons réaffirmé notre volonté de respecter la règle des 3% de déficit pour laquelle la France s'est engagée. En effet, cela n'est pas un "Diktat" de Bruxelles,mais bel et bien un engagement de la France.Réduire les déficits, c'est baisser la dette, baisser la dette nous permet de diminuer les impôts, et de redonner confiance aux investisseurs. C'est la parole de la France qui est en jeu; le monde nous observe.Pour ce faire, Gérald Darmanin a proposé au Premier Ministre Edouard Philippe des économies de fonctionnement interne qui concernent tous les ministères.Cela ne veut pas dire moins de services, moins de budget; mais il s'agit de s'adapter à notre nouvelle façon de vivre et de travailler, par exemple par la numérisation de certaines procédures. Le ministre a part ailleurs proposé une économie de 268 millions d'euros de fonctionnement pour son Ministère.Nous devons tout d'abord réaliser des économies à court terme afin de respecter nos engagements de déficits pour l'année 2017 puis préparer les réformes structurelles pour l'année 2018.Une fois encore notre méthode : pas d'augmentations d'impôts, uniquement des économies. - Concernant l'Education : C'était également une promesse de campagne, qui sera mise en application par Jean Michel Blanquer, Ministre de l'Education nationale : 70% à 80% des classes de CP/CE1 seront dédoublées à la rentrée 2017 dans les zones REP/REP+. Cette réforme ne menace pas la mesure "plus de maîtres que de classes". Il est cependant démontré par des études internationales que le dédoublement des classes a un impact plus important sur l'amélioration du niveau des élèves. Objectif : 100% de réussite au CP.Le ministre a par ailleurs confirmé que la prime de 3.000 euros, promise aux enseignants des écoles les plus défavorisées par Emmanuel Macron durant la campagne, serait bien lancée. Elle est en cours de discussion pour en définir les modalités.La lutte contre les inégalités scolaires passe aussi par la mise en oeuvre du dispositif « devoirs faits » à l'école à la rentrée prochaine. En effet, les inégalités sociales et scolaires commencent à la maison et il nous semble essentiel de permettre aux enfants de réaliser leurs devoirs dans les mêmes conditions pour tous.Les professeurs seront en première ligne pour la réussite qualitative de ce projet et la supervision de celui-ci. Ceux qui s'engageront dans ce dispositif seront payés en heures supplémentaires, pour un budget de 120 millions d'euros. 60 000 assistants d'éducation verront leur mission évoluer et seront formés pour contribuer à ce dispositif de devoirs aidés. De plus, 10 000 personnes engagées dans le service civique seront mobilisées.Cette réforme concernera dans un premier temps les collèges, et sera ensuite étendue aux écoles et lycées.Le Ministère de l'Education Nationale est en train de réfléchir de façon concomitante à la "reconquête du mois de juin". En effet, pour les élèves ne passant pas le bac, les cours devraient se terminer théoriquement début Juillet. On constate cependant dans les faits que les cours qui se déroulent au mois de Juin ne sont pas forcément étudiés...Cette "reconquête" passera par une réforme du bac.L'éducation doit toujours rester la priorité. - Concernant les nombreuses questions sur la future loi travail, qui fut présentée ce jour (10/07/17) à l'Assemblée Nationale, je vous propose d'écouter le Grand Rendez-Vous de Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, en vous rendant sur le lien suivant : http://dai.ly/x5szqqu En espérant avoir apporté quelques réponses, Bonne semaine à tous.
Partagez Tweetez Envoyez
Partagez Tweetez Envoyez

Ce site utilise des cookies — En savoir plusOK